Accessibilité : encore 300 000 bâtiments non contrôlés

L’accessibilité des établissements recevant du public (ERP) est inscrite depuis 2005 dans la loi dite « handicap ». Son objectif ? Que les personnes atteintes de toute forme de handicap (visuel, auditif, physique, mental…) puissent bénéficier d’un traitement égalitaire. 

 

1 million, c’est le nombre d’ERP que compte le territoire. 

Afin de réponde à cet objectif et selon l’ordonnance du 26 septembre 2014, tout propriétaire ou exploitant d’un établissement recevant du public (ERP) doit répondre aux exigences d’accessibilité. Si l’ERP ne répond pas aux exigences, il doit faire l’objet d’un Agenda d’Accessibilité Programmée (Ad’Ap). Cette étude permet au propriétaire exploitant de bénéficier d’un délai supplémentaire de 3 à 9 ans, pour la mise aux normes pourtant obligatoire depuis le 31 décembre 2014. Les Ad’ap étaient à déposer avant le 27 septembre 2015 à la préfecture.

Or, selon Ministère de l’environnement, de l’énergie et de la mer, au mois de mars, près de 300 000 ERP ne sont pas entrés dans le dispositif sur une base d’1 million de bâtiments. Pour les autres ERP, 300 000 sont accessibles (dont 50 000 après travaux) et plus de 410 000 sont entrés dans le dispositif (dont 321 234 sous Ad’Ap).

Et parmi tous les Ad’Ap réceptionnéq, le Ministère a établi une cartograhie des départements bons et mauvais élèves. En effet, la carte des Ad’AP fait apparaître des écarts importants entre les territoires. Dans le département de l’Yonne (340 000 habitants) 1 037 Ad’AP ont été déposés alors que dans l’Aube, département voisin comptant 304 000 habitants, seuls 598 ont été réceptionnés.