L’impact du nouveau DPE sur le prêt immobilier

Publié le 11 mai 2022

Le nouveau DPE (Diagnostic de performance énergétique) est entré en vigueur le 1er juillet 2021, et comprend quelques modifications qui risquent de compliquer l’accès à un prêt, dans certains cas, si vous voulez acquérir un bien immobilier. L’étiquette énergétique du logement accordée par le DPE modifie les conditions d’obtention d’un prêt immobilier. Décryptage… 

Que change le nouveau DPE pour un prêt immobilier ?

Le Diagnostic de performance énergétique (DPE) permet d’obtenir le classement énergétique d’un bien immobilier, et conditionne directement les termes d’un prêt immobilier

En effet, l’obtention de certains prêts réglementés, comme le prêt à taux zéro et le prêt Action Logement, dépend du résultat du DPE du bien immobilier, comme l’expliquent les experts de papernest.

Par exemple, pour qu’un prêt réglementé soit octroyé, l’étiquette énergie-climat doit être comprise entre A et E. Pour les autres logements, les passoires énergétiques (F et G), l’emprunteur devra s’engager à effectuer les travaux adéquats, devis à l’appui, afin de faire évoluer le logement vers la lettre E au minimum.

Qu’est-ce que le DPE ?

Le Diagnostic de performance énergétique, ou DPE, est obligatoire depuis 2007, si vous voulez vendre ou louer un bien immobilier. Le but est d’indiquer à l’acheteur ou au locataire quel sera le montant de ses factures d’énergie pour ce bien. De plus, il s’agit d’indiquer au propriétaire la nature des travaux à effectuer afin d’augmenter les performances énergétiques du logement.

Le DPE doit être effectué par un professionnel certifié et assigne une étiquette au bien immobilier, de A à G; A étant la meilleure. 

Depuis le 1er juillet 2021, le DPE a été modifié pour répondre aux enjeux de la transition énergétique vers un monde plus respectueux de l’environnement. La méthode de calcul a notamment été revue, comme expliquée ici

Justement, les diagnostics, effectués avant le 1er juillet 2021, dont les méthodes de calcul divergent, disparaîtront peu à peu d’ici 2025.

Qu’est-ce qui change avec le nouveau DPE ?

Le nouveau DPE comporte certaines modifications :

  • Un même diagnostic pour la location et la vente, valable dix ans.
  • Une étiquette énergie-climat : elle classe le logement selon sa performance énergétique et ses émissions de gaz à effet de serre (CO2).
  • Une seule méthode de calcul pour les logements existants qui prend en considération différents postes de consommations (chauffage, climatisation, sanitaire, eau chaude, auxiliaires VMC et éclairage).
  • Une estimation des dépenses énergétiques annuelle. Celle-ci est obligatoire dans les annonces immobilières depuis le 1er janvier 2022.
  • Un indice de confort d’été
  • Une note sur la ventilation et la qualité de l’air à l’intérieur du logement.
  • Un diagnostic pleinement opposable : si le diagnostic et le classement énergétique sont erronés, le locataire ou l’acheteur pourra demander réparation au propriétaire ou au vendeur du bien immobilier.
  • Des passoires énergétiques impactées négativement : les propriétaires des logements les plus consommateurs d’énergie considérés comme des passoires énergétiques (étiquettes F et G), devront effectuer les travaux adéquats afin de normaliser les performances énergétiques sinon ces logements seront exclus du marché locatif.

Quelles conséquences sur le marché de l’immobilier ?

Tant sur le marché du locatif que de la vente, la mise en place du nouveau diagnostic de performance énergétique entraîne certaines répercussions.

Certains logements seront probablement déclassés du fait de la nouvelle méthode de calcul. Dans ce cas, les propriétaires devront réaliser des travaux de rénovation afin de conserver leur note de performance énergétique.

En effet, selon le site de papernest, un logement qui offre de bonnes performances énergétiques se vend plus facilement, mais aussi plus cher, car cela signifie des factures d’énergie moins onéreuses pour le locataire ou l’acheteur. 

Découvrez aussi